Beaucoup de retard dans la réalisation des projets ferroviaires

0
31

Le journal El Moudjahid a publié dans son édition du 17 juillet, deux mises en demeure concernant le secteur ferroviaire adressées par l’agence nationale d’études et de suivi de la réalisation des investissements ferroviaires Anesrif aux sociétés de réalisation. La première est destinée à l’entreprise ETRHB Haddad et concerne la réalisation de la nouvelle ligne ferroviaire à voie unique Relizane/Tiaret/Tissemsilt d’une longueur de 185 kilomètres et d’un coût de 102 milliards de dinars, soit près d’un milliard de dollars. L’Anesrif demande à cette entreprise de relancer et/ou lancer les travaux non entamés sans motif valable, de renforcer le chantier en moyens humains et matériels, approvisionner le chantier en matériaux, respecter les engagements contractuels. L’ordre de service, c’est-à-dire du commencement des travaux, a été lancé le 25 janvier 2011. Donc après près de six ans et demi de travaux, la voie ferrée n’est pas encore livrée. Suit la formule traditionnelle : le maître de l’ouvrage se réserve le droit de prendre les mesures coercitives prévues par la réglementation, notamment la résiliation aux torts exclusifs du titulaire du marché, passé un délai de 60 jours, si l’entreprise de réalisation n’obtempère pas. On peut se demander comment on peut attribuer un marché aussi important à une entreprise dont l’expérience dans la réalisation de voies ferrées n’est pas importante. Il faut savoir que cette ligne fait partie d’une section majeure de la rocade des Hauts-Plateaux. Le plus étonnant dans ce projet est que le marché est attribué à une seule entreprise et non à un groupement d’entreprises pour un projet aussi long. Un autre projet bat des records dans le rythme de réalisation des travaux. Précisément, la mise en demeure de l’Anesrif s’adresse dans ce cas au groupement OHL (Espagne) et Infrarail. Elle concerne l’exécution des prestations de mise à double voie et modernisation des installations sur la ligne Annaba/Ramdane-Djamel. Le commencement des travaux, tenez-vous bien, avait été fixé au 4 décembre 2006. Après 11 ans et demi de travaux, ce doublement de voie ferrée n’est pas encore livré. Un exemple qui montre que le projet de rocade Nord de voie ferrée d’Est en Ouest, un chantier de modernisation de voie ferrée qui doit permettre la circulation de trains rapides à une moyenne de 160 kilomètres/heures n’est pas achevé après que les travaux ont démarré en 2006. Même topo que l’autoroute Est-Ouest pas encore terminée. Des chantiers du siècle qui sont autant d’exemples de laxisme des autorités, de mauvaise gestion. On peut se demander pour le second projet, pourquoi les pouvoirs publics ont mis tant de temps pour régler le problème des expropriations. Qui paiera les surcoûts ? Encore une fois, sur ce point, les pouvoirs publics s’en lavent les mains. Résultat des courses, la population ne peut voyager du Nord-Est au Nord-Ouest par trains rapides et la circulation sur les routes et autoroutes ne peut être allégée de manière significative que par le ferroviaire. Des cas, en somme, de gaspillage de l’argent public.

K. Remouche

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.