Rester en Contact

Des dizaines de partisans des Frères musulmans poursuivis pour meurtre en Egypte

International

Des dizaines de partisans des Frères musulmans poursuivis pour meurtre en Egypte

Des dizaines de partisans des Frères musulmans poursuivis pour meurtre en Egypte

Environ 250 partisans supposés des Frères musulmans égyptiens sont visés par une enquête du parquet pour meurtre, tentative de meurtre et terrorisme, rapporte samedi 17 août l’agence de presse MENA. Quelque 1 004 d’entre eux, dont 558 au Caire, avaient été interpellés lors des manifestations violentes de vendredi dans tout le pays, a indiqué le ministère de l’intérieur. Les affrontements qui ont émaillé ce « vendredi de la colère » ont fait 173 morts, dont 95 au Caire, selon un bilan du ministère de la santé. Cinquante-sept policiers sont morts depuis mercredi, a également indiqué le ministère de l’intérieur.

Dans l’après-midi de samedi, les derniers partisans du président islamiste Mohamed Morsi, retranchés depuis la veille dans la mosquée Al-Fateh, dans le centre du Caire, ont tous été évacués, après un assaut de la police, ont annoncé des sources au sein des services de sécurité. Les forces de l’ordre ont eu quelques difficultés à prendre le contrôle total du minaret de la mosquée, depuis lequel, selon l’agence de presse gouvernementale MENA, des tireurs avaient ouvert le feu sur les forces de l’ordre, ont précisé ces sources.

Dans la matinée, des images de télévision avaient montré quelques soldats pénétrant calmement dans la mosquée, assiégée depuis vendredi, pour négocier. La tension est remontée d’un cran vers 13 h 30, rapporte Serge Michel, l’envoyé spécial du Monde sur place. Des combattants embusqués sur le minaret ont commencé à tirer sur les policiers, qui ont aussitôt répliqué en direction du monument, survolé par deux hélicoptères. Des images diffusées par la chaîne de télévision privée égyptienne CBC, montrent également un homme semblant tirer depuis le minaret de la mosquée. Selon notre correspondant, la radio a annoncé qu’un des tireurs du minaret, de nationalité turque, avait été arrêté.

Les policiers ont réussi à extraire de force sept ou huit hommes au début de l’assaut, qu’une foule de résidents en colère a copieusement tabassés à coups de bâtons et de barres de fer, rapporte l’AFP. Des tirs nourris retentissaient, dont ceux des policiers qui tiraient en l’air pour disperser les habitants s’en prenant aux hommes qu’ils extirpaient un par un de la mosquée, sur une place saturée de gaz lacrymogènes.

Les Frères musulmans avaient peu avant annoncé une « immense » marche vers la place Ramsès pour briser le siège de la mosquée – celle-ci jouxte la place Ramsès, où se sont concentrés les affrontements meurtriers de vendredi. Des troubles ont également été signalés à Alexandrie, la deuxième ville d’Egypte où des locaux des Frères musulmans ont été incendiés et un partisan de Mohamed Morsi a trouvé la mort, selon une source au sein des services de sécurité.

Plus sur International

To Top