Rester en Contact

Guerre d’Algérie: Le passager de la nuit toujours d’actualité

Culture

Guerre d’Algérie: Le passager de la nuit toujours d’actualité

« C’est mon éditeur, René Juillard, qui m’avait suggéré de mettre sous le titre de mon récit l’appellation contrôlée de roman », raconte Maurice Pons dans sa préface au Passager de la nuit.

Publié en 1960, en pleine guerre d’Algérie, le livre évita ainsi la censure – mais pas d’être cité en exemple de littérature « Anti-France » à l’Assemblée. « Livre fondamental sur la guerre d’Algérie« , comme dit son éditrice aujourd’hui, il ne contient pourtant ni discours ni manifeste. Il raconte un voyage en voiture, de Paris vers la Suisse, à la fin des années 50.

A la demande d’une amie, un homme emmène avec lui un inconnu. Élégant, mystérieux, l’inconnu ne se sépare pas de son sac. En cent pages et presque aussi peu de mots, se noue un pacte silencieux entre un simple citoyen et un porteur de valises du FLN.

Signataire du Manifeste des 121, Maurice Pons, auteur des Saisons et de Mademoiselle B, décédé il y a tout juste un an, se souvient aussi dans la préface que pour adapter son roman en film, l’URSS avait fait venir à Tallinn un roadster Chevrolet dernier cri.

Soixante ans plus tard, c’est d’abord ainsi que s’imprime Le Passager de la nuit : un texte magnifique sur le plaisir sensuel de voir défiler la route, la nuit, la complicité de l’habitacle, comme dans un film de David Cronenberg ou une chanson de Christophe.

Le passager de la nuit, de Maurice Pons (Points Poche, 128 pages).

Laisser un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d’apparaître.

Plus sur Culture

To Top