Rester en Contact

Israël bailleur de fonds des «Femen» ?

Faits Divers

Israël bailleur de fonds des «Femen» ?

La militante tunisienne, Amina Sboui, 18 ans, libérée au début du mois, après deux mois et demi de détention, quitte le fameux groupe   Femen » (une organisation féministe fondée en Ukraine). Elle a accusé les membres du très médiatisé mouvement d' »islamophobie » et d’avoir un système de financement opaque. « Je ne veux pas que mon nom soit associé à une organisation islamophobe. Je n’ai pas apprécié l’action où les filles criaient Amina Akbar, « Femen » Akbar devant l’ambassade de Tunisie en France ou quand elles ont brûlé le drapeau du Tawhid (groupe salafiste, ndlr) devant la mosquée de Paris », a-t-elle dit à l’édition maghrébine du site d’information Huffington Post. Amina Sboui fait référence à deux précédentes actions menées par les « Femen » en France pour la soutenir alors qu’elle était en détention provisoire pour avoir peint vers mi-maii le mot « Femen » sur le muret d’un cimetière de Kairouan (150 km au sud de Tunis) dans le but de dénoncer un rassemblement d’un mouvement salafiste interdit par les autorités. « Cela a touché beaucoup de musulmans et beaucoup de mes proches. Il faut respecter la religion de chacun », a-t-elle ajouté.Amina Sboui s’est également interrogée sur l’origine des moyens financiers des « Femen »  «Je ne connais pas les sources de financement du mouvement. Je l’ai demandé à plusieurs reprises à Inna (Shevchenko, chef de l’organisation, ndlr) mais je n’ai pas eu de réponses claires. Je ne veux pas être dans un mouvement où il y a de l’argent douteux. Et si c’était Israël qui finançait ?», a-t-elle précisé. Pour rappel, la jeune tunisienne s’était fait connaître en mars dernier en publiant sur Internet des photos seins nus et en se revendiquant de « Femen ». Elle avait été emprisonnée  après avoir taguée « Femen » sur le mur d’un cimetière de Kairouan , et elle a passé deux mois en demi en prison pour « profanation de cimentière ».

Plus sur Faits Divers

To Top